Histoire à venir du lobby anti-automobile

Je rêve d’un lobby anti-automobile aussi puissant que le lobby anti-tabac.

D’abord des études seraient rendues publiques sur les méfaits de l’automobile.

Ensuite, on culpabiliserait les usagers de nous faire respirer leur gaz.

On mettrait des avertissements en bas des publicités disant que c’est nocif pour la santé.

Puis on ferait des campagnes incitant à arrêter : en février, j’écrase (mon char).

Puis, des bandeaux feraient leur apparition sur les voitures :
  • « conduire pollue »
  • « l’automobile, c’est laid »
  • « t’as pas honte de passer ton cash là-dedans ? »
  • « des femmes enceintes respirent ton gaz, innocent »
  • « les rues sont dangereuses à cause de toi »

Puis on interdirait l’automobile aux moins de 18 ans.

Les écoles seraient déclarées zone sans automobile.

Les taxes à l’achat et à la pompe seraient outrageusement augmentées.

Ensuite, on interdirait la publicité. Enfin, écouter le hockey en paix!

Puis, on interdirait de rouler à proximité des terrasses. Problème de pollution visuelle.

Puis, il serait interdit de rouler à moins de neuf mètres des portes d’entrée d’édifices publics.

Pendant ce temps, les bandeaux sur les chars auraient grossi, jusqu’à prendre les trois quarts de la place, avec des images hyper-gore d’enfants écrabouillés par des pick-ups.

Puis, il faudrait cacher les automobiles derrière des panneaux chez les concessionnaires.

Puis, après une chute drastique de la pratique, les derniers usagers auraient vaguement honte de ce qu’ils font, et on les regarderait en les jugeant lourdement.

Puis, il serait interdit de rouler dans des lieux publics.

Rendu là, le problème serait pas mal réglé.